Les parapluies aussi ont leur Paradis

Publié le par patatietpatata

Ce matin, bien qu’ayant eu mon traditionnel entretien avec Evelyne Dheliat la veille, je suis forcée de constater, non sans amertume, qu’il pleut.



 

Evidemment, c’est là qu’on se rend compte qu’on n’est pas du tout préparé à ce genre de temps, ou devrais-je dire de mauvais temps. Parce la pluie quand on se lève à 6h, c’est vraiment méchant.  Mon manteau n’est pas imperméabilisé et j’ai bien sûr prévu de faire trempette avec mes Converse. A entendre le bruit terrible des gouttes s’écrasant sur ma fenêtre, la journée promet d’être riche en imprévus autant qu’en intempéries.

 

Mais je fais comme si de rien n’était. Je me coiffe et me maquille, tout en sachant que ça ne servira pas à grand-chose : un bus ou une simple rafale, et votre vie bascule. J’exagère, mais c’est peut-être dû au fait que viens de découvrir que mon mascara n’est malheureusement pas waterproof…

 

Malgré mon humeur aussi maussade que l’ambiance qui règne dehors, je trouve tout de même un intérêt à cette journée : je vais pouvoir inaugurer mon nouveau parapluie (on se réconforte comme on peut). C’est donc fièrement que j’arbore mon abri de tissu rayé de gris et de blanc, me demandant quel est l’idiot qui a bien pu décréter que les parapluies devaient tous être noirs… Paris la nuit et sous la pluie, c’est bien assez triste comme ça.

 

Je suis tirée de mes méditations aussi profondes que superficielles par une crise d’hystérie de mon parapluie, qui convulse juste au-dessus de ma tête. L’animal gesticule dans tous les sens et m’arrose plus qu’il ne me protège. S’il avait la rage ? Dans le doute, je m’écarte le plus possible de lui pour éviter tout risque de morsure. Sa fureur redouble soudain de violence, comme un dernier sursaut de vie. J’ai bien essayé de l’empoigner à deux mains pour calmer ses ardeurs mais, malgré cette ultime tentative, il s’est retourné. Je n’ai rien pu faire. La mort subite d’un parapluie, il n’y a rien de pire. Pauv’ bête.

 

Nous partîmes à deux, je revins toute seule (et sous la pluie). Ça m’apprendra à acheter un parapluie à 3 euros.

 

 

Anne-Charlotte B.

 

 

Commenter cet article

M-S 02/11/2008 18:31

Toi de toute façon, tu l'es déjà !
(Ceci est à prendre pour un compliment, si si, je te l'assure ;)

patatietpatata 03/11/2008 08:14


Bêêêêêh !


M-S 01/11/2008 20:39

Ah la pluie !
L'art et la manière de ressembler à un mouton en fin de journée..

patatietpatata 02/11/2008 08:10


Oui, et en ce moment c'est tous les jours !